Call for Papers: Food in Great-Britain and in France: How Representations and Practices Have Changed, 18th-21st centuries

RHN 10/2018 | Call

Organisers: Natalie Jaeck and Magalie Fleurot, Bordeaux Montaigne University

28-29 September 2018, Climas Research Center, Bordeaux Montaigne University, France

Deadline for submissions: 28 February 2018

Call for Papers for the International Conference at Bordeaux Montaigne University:
Pies in the sky. Food in Great-Britain and in France: How Representations and Practices Have Changed, 18th-21st centuries
L’alimentation en France et en Grande-Bretagne: évolution des pratiques et des représentations, 18ème-21ème siècles

***Please find the French version below***

It would be difficult to deny that the questions that surround food are central to today’s society and that they pervade a large number of issues in our contemporary world. From the very visible cooking contests on television that have emerged in the last ten years to the far less visible problem of food access, nobody can be indifferent to the food question. Interestingly enough, the concern overcomes class barriers; it emerged in popular culture with the TV shows or the scrap cooking trend but it is also a strong element of class distanciation for the elite who choose to support organic food or fair trade food or lately locavorism. From the vegetarian diet to the flexitarians without forgetting the vegans, food is a way of telling others of one’s place in society. However, far from the questions of how many miles your avocado has covered to get to your plate (and the fewer miles the better for the ecologico-politically correct), there are still matters of food access and health issues. In the so-called “mature” economies, the obese are not only frowned upon for being unsustainable (Peter Singer) but they are also associated with poverty. Such a paradigm goes against the grain of the 19th century vision of the “healthy” plump bourgeois, and being slim is now a sign of wealth since money can keep one from delving into the bag of crisps and allow them to buy the newest antioxidant, vitamin-C loaded “superfood”.

As the media tend to concentrate on how the bohemian bourgeois are eating and on the benefits – difficult to deny – of eating pesticide-free food and wine, it would be interesting to investigate the multiple questions that surround food today but also how they have evolved.

It is very telling that the first Transition Town, in Totnes, Devon, focuses much of its concept of resilience and Reconomy on the food question and how to be self-sufficient. Gardens have also been a way to assess personal and collective political identities: they have now become subversive in the way they bear a political message that defies the big multinationals which have dictated the price and offer of the food we eat for the last forty years at least. What does it mean to say that you’re growing your own food and is it a valid answer to the economic challenges of the world? Was food a political weapon as well as a marker of one’s social class in 18th and 19th century Britain?

When one lives in a block of flats, how can one even conceive of having a garden? In France the concept of the “jardin ouvrier” is being rediscovered but is maybe not as “ouvrier” as it used to be. And once you’ve started growing food, what do you do with it? It questions the access to this food culture: who has this knowledge? Can you say today that working classes have access to it, the way they did in the beginning to mid-20th century? What has feminism done to how we value food and the cooking of food?

How has the UK embraced the food culture brought by the different populations that came with their curries, satays and Jamaican food? Can immigrant populations that value food more than “we” do, help revitalize our notions of being together to cook, taking time to eat together, rediscovering the pleasure of eating? 

Ecology is one of the issues as well and from the carbon footprint of your food to the best possible option for the least impact on the planet, one has to navigate between very different assertions. Yes, it is better to eat local say some, no it is not, say others, because it harms the global economy and the access to food of the Kenyan farmer who then cannot sell his products for lack of outlets. It seems better to eat local, but it is not if you live in Iceland where hydroponically produced tomatoes are more energy-consuming than the plane that comes with Spanish tomatoes.

To try and answer those questions and probably many more, we would like to organize a conference at Bordeaux Montaigne University welcoming researchers from everywhere and also professionals with their very practical vision of food in action. We know how some internationally-celebrated chefs have started alliances with farmers (within the Slow Food movement), how Michel Bras, for instance, tries to leave the Michelin-star world to think about ways of guaranteeing good food to old people in retirement homes and we think that those perspectives are interesting in the way they can help us bridge the gap between the world of research and the world beyond.

We invite researchers who wish to contribute to the following food-related issues to take part in this conference:

  • the evolution of people’s relation to food in the UK (visible either in literature, the arts or in concrete behavioural changes)
  • the emergence of a public discourse around food and its connection/disconnection to reality.
  • food’s subversive value (through community gardens, local networks and other citizen-based initiatives)
  • food culture and its connection to healthy eating behaviours, since when populations lose their cultural link to food they become disconnected from its core value and are more likely to fall prey to eating disorders.

Please send a 250-word abstract with a short bionote before February, 28th 2018 to the following mail addresses:

nathalie.jaeck@u-bordeaux-montaigne.fr

magalie.fleurot@u-bordeaux-montaigne.fr

***

La question de l’alimentation est aujourd’hui centrale et nous affecte de diverses manières. C’est une affaire de santé, d’écologie, de politique, d’économie, de culture et d’agriculture. Depuis que les grandes multinationales de type Monsanto/Bayer peuvent s’approprier le patrimoine génétique des semences, c’est même devenu une affaire juridique cruciale. Il sera donc question dans ce colloque de mettre en contexte, et d’explorer les différents enjeux de la question alimentaire, de ses pratiques et de ses représentations, en France et en Grande-Bretagne, du 18ème siècle à nos jours.

Ces problématiques occupent la société civile comme les chercheurs, les artistes comme les praticiens, les paysans et les agriculteurs comme la grande industrie. Elles dépassent, ou affirment, les rapports de « classes » – la culture populaire s’est emparée des émissions culinaires et du scrap cooking tandis que les élites utilisent l’alimentation comme d’un élément de différenciation et de distinction lorsqu’elles choisissent de manger bio, équitable ou, plus récemment, d’être locavores.  Du régime végétarien en passant par les flexitariens et les végans – on a vu la disparition du terme « végétalien », qui n’incluait pas ceux qui refusent dans le même temps le cuir, le miel ou les préservatifs –, les choix alimentaires permettent d’afficher quelle place nous revendiquons dans la société, quelles valeurs nous défendons. Quelles sont aussi les valeurs que l’on peut se permettre d’avoir. En effet, en plus de la question du nombre de kilomètres que l’ananas a parcouru avant d’arriver dans nos assiettes, l’accès à la nourriture est une question non résolue, y compris dans les pays du Nord. Le poids continue d’être un marqueur social, même si la tendance s’est inversée par rapport au 19ème siècle, où le paradigme majoritaire valorisait le bourgeois ventripotent, affichant dans sa large panse sa capacité à dépenser des sommes astronomiques pour se nourrir ; l’obésité est désormais stigmatisée, signe de pauvreté et d’inculture, tandis qu’être mince est un signe extérieur de richesse dans nos sociétés où l’argent nous tient à distance du paquet de chips et nous permet de consommer les derniers « super aliments » concentrés en antioxydants et autres bienfaits.

Alors que les media font plutôt la part belle à la façon dont mangent les bobos aux bénéfices certains qu’il y a à consommer une nourriture et un vin sans résidus de pesticides, il serait intéressant de se pencher sur les multiples questions inhérentes à l’alimentation, aujourd’hui et dans les siècles passés.

Il est révélateur que les inventeurs du concept de Ville en Transition, à Totnes dans le Devon, concentrent majoritairement leur concept de résilience et de ré-économie sur les questions d’alimentation et d’autosuffisance alimentaire. Les jardins et les micro-fermes deviennent des instruments de subversion dès lors qu’ils sont présentés comme des moyens de contester les enseignes de distribution, souveraines dans la fixation des prix et dans la variété de l’offre sur les étals. Il est possible aujourd’hui de choisir entre une quarantaine de shampooings différents alors que les variétés de pommes se réduisent comme peau de chagrin, provoquant des problèmes écologiques mais aussi d’éducation au goût. Les questions suivantes sont d’actualité mais se posent depuis la fin du 19ème siècle : quelle est la signification du parti pris de cultiver son potager et cela représente-t-il une réponse valable aux défis économiques mondiaux ? L’alimentation était-elle une arme politique autant qu’un marqueur social dans la Grande-Bretagne des 18ème et 19ème siècles ? Pour ceux qui vivent dans des logements sociaux, le fait de cultiver ses propres légumes vient-il seulement à l’esprit ? En France, le concept de « jardin ouvrier » est redécouvert mais dans la plupart des cas, il n’est plus du tout ouvrier et prend le nom de jardin partagé. Vient ensuite la question de l’accès à cette culture alimentaire : qui possède cette connaissance aujourd’hui ? Peut-on dire que les personnes les plus modestes y ont accès comme c’était le cas au début et au milieu du 20ème siècle ? Quel a été l’effet du féminisme des années 60 et 70 sur la façon dont les femmes cuisinent aujourd’hui ?

Comment le Royaume-Uni a-t-il accueilli les cultures culinaires qui étaient apportées par les immigrés jamaïcains, indiens et chinois ? Est-ce que les populations d’immigrés avec leurs attitudes différentes des nôtres face à la nourriture n’aideraient pas à revitaliser nos idées sur la cuisine, sur la solidarité, sur le temps qui est passé ensemble dans cette activité nourricière ?

Parmi les problématiques de l’alimentaire, celle de l’écologie est probablement l’une des plus visibles. Entre l’empreinte carbone de votre nourriture et la façon la plus valable de minimiser notre impact sur la planète, il faut naviguer entre différentes assertions parfois contradictoires. Vos légumes proviennent de producteurs cultivant dans un rayon de 200 kilomètres autour de chez vous ? Cela ne favorise pas l’économie mondiale et l’accès à la nourriture du fermier kényan qui ne trouve plus de débouchés pour ses produits. Vous pensez qu’il vaut mieux manger local pour limiter votre empreinte carbone ? Pas si vous habitez en Islande et si vous mangez la production locale de tomates cultivées en hydroponie : l’avion qui apporte les tomates espagnoles à Reykyavjik serait moins énergivore.

Pour tenter de répondre à ces questions, pour souligner qu’au-delà des chiffres, de la science et des statistiques, la question des cultures sous-tend nos rapports complexes et ambivalents à ces choix, l’équipe d’accueil CLIMAS organise un colloque international de deux jours à Bordeaux Montaigne afin d’accueillir chercheurs et professionnels, pour confronter recherche et pratique concrète, en France et au Royaume-Uni. Nous avons pour objectif de réunir des chercheurs, des praticiens, des paysans, mais aussi des cuisiniers qui se sont engagés dans l’alliance avec les paysans du monde, dans le cadre du mouvement Slow Food, ou dans des entreprises sociales d’amélioration de la nourriture, dans les maisons de retraite ou les cantines, par exemple : les pratiques diverses, nationales ou régionales, seront confrontées à leurs représentations dans les arts et la culture français et britanniques, du 18ème siècle à nos jours.

Les propositions de communications pourront porter notamment sur les sujets suivants :

  • l’évolution de la relation à l’alimentation au Royaume-Uni (illustrée par la littérature, les arts et les changements sociaux)
  • l’émergence d’un discours autour de la nourriture, déconnecté ou pas de la réalité.
  • Ce que la nourriture peut avoir de subversif (dans le cadre des jardins communautaire, des réseaux locaux et autres initiatives de la société civile).
  • La culture alimentaire et les comportements autour de l’alimentation

Envoyez vos propositions sous forme de résumé de 250 mots avant le 28 février 2018 aux adresses mail suivantes :

Nathalie.jaeck@u-bordeaux-montaigne.fr

Magalie.fleurot@u-bordeaux-montaigne.fr

Source: SAES France